L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 Le christianisme

Aller en bas 
AuteurMessage
amyvette

avatar

Messages : 49
Eperons d'or : 121
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 82
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Le christianisme   03.07.13 23:01

Il est difficile de s’imaginer l’importance de la religion du Moyen Âge, tant elle ressemble peu à celle qu’elle occupe aujourd’hui. Mais, à une époque où les gens ne savaient ni lire ni écrire, où les saintes Écritures étaient réservées aux seuls gens de robe (clercs, prêtres, etc.), où un pape pouvait excommunier un roi, la religion était le point d’ancrage de la politique, de la vie quotidienne, de la société : elle était le principal ciment social, puisque tous avaient la foi.
La religion chrétienne1 du XIIe siècle n’est, bien sûr, pas celle des origines. Les disciples du Christ ont propagé la bonne parole, ont baptisé. Ceux qu’on appelle les Pères de l’Église2 ont formulé, d’après leur interprétation de la Bible, une série de règles qu’on appelle des dogmes, auxquels on doit obligatoirement croire. Certaines de ces croyances ont amené des divergences d’opinion, voire de graves disputes. C’est ainsi que se sont séparées les Églises d’Orient et d’Occident au XIe siècle et qu’a eu lieu le grand schisme d’Occident au XIVe siècle.
Au XIIe siècle, le christianisme semble à la fois simple et complexe. D’une part, son manichéisme est flagrant ; la vision du monde qu’il sous-tend est ainsi fort simple et ressemble un peu à celle du cinéma américain contemporain : il y a le bien et le mal qui s’opposent. Les bons vont au Paradis et les méchants, en Enfer. Pour ceux qui ne sont pas tout à fait méchants, qui ont cherché à racheter leurs fautes d’une quelconque façon, on a inventé à cette époque un endroit transitoire : le Purgatoire, lieu où l’homme expie ses péchés grâce aux prières que les vivants disent pour lui, et où il attend la délivrance... parfois jusqu’au jugement dernier. La représentation de Dieu qu’on se fait aussi est fort simple : c’est un Dieu juge, qui récompense ou qui punit, qui voit tout et qui sait tout. D’autre part, le christianisme est déjà complexe dans ses dogmes et dans son culte, auquel on reviendra un peu plus loin. La liturgie du XIIe siècle était tout de même assez près de ce qu’elle est aujourd’hui, à la différence près que la messe était dite en latin et qu’il était, bien sûr, obligatoire d’y participer, à moins d’avoir une dispense du curé. La confession annuelle a été rendue obligatoire à peu près à cette époque et elle seule permettait la communion : c’est donc dire que la communion n’était pas si courante.
Au Moyen Âge, la religion occupe ainsi une place plus qu’importante : elle est le moteur de la vie quotidienne. En effet, on remarquera d’abord que c’est elle qui marque le passage du temps. Non seulement compte-t-on les années depuis la naissance du Christ (on parle alors d'anno domini), mais on ponctue les années elles-mêmes de fêtes religieuses : Noël, Carême, Pâques, Pentecôte, etc. Elle encadre aussi la vie humaine par les sacrements : baptême à la naissance, confirmation du jeune adulte, confession (pénitence) et communion (eucharistie) annuelles, mariage, extrême-onction du mourant. Elle a de plus une fonction de protection, à travers le culte des saints. Les hommes du Moyen Âge avaient, de fait, une croyance qui peut paraître aujourd’hui quelque peu superstitieuse : ils pensaient que, du haut des cieux, les saints les regardaient et que, s’ils les invoquaient au bon moment, s’ils portaient une médaille les représentant ou une de leurs reliques, s’ils se rendaient en pèlerinage à un lieu spécifique pour chaque saint, ceux-ci pouvaient empêcher qu’il ne leur arrive malheur. D’ailleurs, chaque corps de métier avait son patron, c’est-à-dire qu’il était représenté par un saint. C’est ainsi que s’est développé un culte assez complexe, chaque saint ayant sa spécialité3. Il fallait surtout faire attention de ne les pas vexer, puisqu’il arrivait qu’un saint se venge de n’avoir pas été appelé au secours – ou d’avoir été confondu avec un autre ! De la même manière, on faisait de nombreuses processions dans les villages pour se protéger des tempêtes, de la sécheresse, des famines et de la peste ou pour remercier le ciel des bonnes récoltes de l’année. La religion jouait enfin un rôle important dans l’art médiéval, puisque la Bible, si elle n’était lue que par les seuls prêtres et moines, était source d’inspiration tant pour les peintres que pour les écrivains, musiciens, sculpteurs et architectes, qui illustraient pour le peuple les histoires et les leçons religieuses.
Si elle est importante dans la vie personnelle de l’homme et dans celle du village, la religion a trois champs d’influence majeurs. Elle est d’abord une puissance spirituelle. En effet, si étrange que cela puisse paraître, il revient aux gens de robe de prier – et c’est dans ce sens que la société du Moyen Âge est divisée en trois ordres. C’est que seuls ceux qui ont étudié connaissent les mots pour s’adresser à Dieu au nom de ceux qui se battent et de ceux qui travaillent. Il est donc normal que ce soit eux qui définissent la foi et la morale. Ils ont, en quelque sorte, les clefs du Paradis, puisqu’ils peuvent jeter l’anathème sur quiconque ou excommunier ceux qu’ils jugent indignes. Ils peuvent même convaincre quiconque d’hérésie4 (l’utilisation de la questio, la torture psychologique et physique, est alors permise) et le remettre à la justice en recommandant la sentence à être exécutée. Contrairement à ce que l’on croit habituellement, peu de gens sont brûlés pour hérésie au Moyen Âge – c’est plus tard qu’auront lieu les grands autodafés. Toutefois, le droit médiéval est fondé sur l’image présentée plus haut d’un Dieu juge. En effet, on a la croyance que le Tout-Puissant est du côté des justes – c’est d’ailleurs pourquoi le duel judiciaire semble justifié aux yeux de l’homme du XIIe siècle. Par exemple, pour distinguer le coupable de l’innocent, on les marque tous deux au fer rouge : Dieu guérira plus rapidement l’innocent ; de même, on n’a qu’à jeter une personne dans l’eau pour savoir si elle est innocente : si c’est le cas, elle coulera, car l’eau rejette les éléments impurs. La religion est aussi une puissance intellectuelle et culturelle. Les clercs jouent un rôle culturel important, puisqu’ils sont les seuls à savoir lire et écrire. Ils sont les intellectuels du XIIe siècle et ont pour mission de préserver la culture et de faire progresser la « science » en étudiant et en commentant plus en profondeur la Bible, les Pères de l’Église et Aristote. La religion est enfin une puissance économique. En effet, les monastères que font construire les nombreux ordres religieux et la culture des vastes terres sur lesquelles ils sont édifiés emploient nombre de travailleurs. Les religieux prélèvent aussi une dîme, c’est-à-dire que tous doivent remettre une partie de leur avoir chaque année pour contribuer au salaire des officiants et à l’entretien de l’église. Cela a amené les dirigeants spirituels à amasser une fortune considérable, surtout en terres (que beaucoup de propriétaires ont léguées à l’Église plutôt qu’à leurs enfants pour s’assurer d’une place au Paradis), et à vivre dans une ostentation qui amènera plusieurs protestations (d’où sont nés les ordres mendiants comme les frères franciscains) et, à la Renaissance, la Réforme – la création du culte protestant.

_________________
AMYVETTE
Revenir en haut Aller en bas
morgane

avatar

Messages : 60
Eperons d'or : 172
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 53
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: La chrétienté médiévale   30.07.13 13:26

Les XIe , XIIe et XIIIe siècles  correspondent à une période qu'on appelle «beau Moyen Âge». Ils se rapportent à une région qualifiée par ses habitants de «chrétienté occidentale», par opposition à la chrétienté byzantine et orientale (la notion d'Europe n'apparaîtra qu'au XVe siècle).
De l'An Mil qui voit la naissance des principaux États actuels au début de la guerre de Cent Ans, cette chrétienté connaît de grandes transformations, tant économiques qu'intellectuelles, artistiques et politiques. Notre civilisation en est le fruit.

L'un des moteurs de ces transformations est l'Église catholique, dont le chef spirituel est le pape. Elle est d'autant mieux respectée que la population communie dans une foi profonde et sincère, quoique entachée de violences et de superstitions.

Notons qu'on écrit «Église» avec une majuscule pour désigner l'institution, mais «église» avec une minuscule pour parler du bâtiment.
La chrétienté occidentale au XIIIe siècle
L'Europe actuelle et une bonne partie de nos moeurs et de nos institutions ont été forgées au coeur du Moyen Âge, dans une époque assombrie par les disettes, les maladies et l'insécurité mais éclairée par la foi et la confiance en l'avenir...

I] Le message chrétien et sa diffusion
1) Le Salut et la damnation

Au cœur du message chrétien, au Moyen Âge, se trouve l'espoir d'être sauvé et l'angoisse d'être condamné lors du Jugement Dernier. Les morts seront alors jugés par Dieu selon leur foi et leurs œuvres (les actions accomplies pendant leur vie) : les bons iront au paradis, les méchants en enfer.Entre les deux, l'Église médiévale développe l'idée du purgatoire, un lieu où l'on «purge» les fautes avant le paradis. C'est pour les hommes imparfaits (autrement dit tout le monde ou presque) l'espoir d'être sauvé après un temps plus ou moins long de pénitence.

Le Jugement Dernier raconté par la pierre





L'art roman, qui s'épanouit après l'An Mil, privilégie l'éducation des masses, par le biais des chapitaux et des portails historiés (qui racontent une histoire).Au-dessus du portail de la cathédrale Saint-Lazare d'Autun (Bourgogne), un tympan sculpté fournit un bon exemple de la manière dont les hommes du Moyen Âge se représentent le Jugement Dernier. Ce tympan est l'oeuvre d'un très grand artiste du XIIe siècle, Ghislebertus.

On y voit au centre le Christ dans une mandorle (ovale de lumière qui symbolise l'ouverture sur le paradis). À sa gauche, un ange et Marie ; à sa droite, Enoch et Élie, deux prophètes de l'Ancien Testament.

Au-dessous, à droite du Christ, un oeil avisé peut reconnaître quelques apôtres et Saint Pierre conduisant un élu au paradis. De l'autre côté, saint Michel pèse les âmes des défunts.

Sur le linteau du bas, on discerne la procession des défunts : à la droite du Christ, les élus, qui vont au paradis, droits et confiants ; à sa gauche, les damnés, tordus de douleur.

2) prédication et enseignement

Les curés, autrement dit les prêtres en charge d'une paroisse, ont la charge d'enseigner aux fidèles la doctrine chrétienne. Ils le font lors des messe et des cérémonies religieuses, commentant les textes du Nouveau Testament et distribuant des conseils de conduite. Ils encouragent les fidèles à vivre en bons chrétiens, fidèles à leur conjoint, honnêtes et charitables envers leur prochain, éloignés de la magie et des relents de paganisme...Les chrétiens s'informent aussi grâce aux scènes sculptées ou peintes dans les églises : les murs intérieurs et les piliers de celles-ci apparaissent en effet comme de gigantesques bandes dessinées aux couleurs crues (bien plus tard, au XVIIIe siècle, beaucoup seront enduites à la chaux).L'Église, qui a besoin de prêtres capables de lire le latin et de commenter la Bible (lectio divina), développe les écoles dans les monastères et les diocèses. Elle y accueille les enfants les plus doués, tel le futur abbé Suger, fils de paysan appelé à devenir le conseiller des rois capétiens, au XIIe siècle.Les souverains, qui ont eux-mêmes besoin de s'entourer de conseillers et d'administrateurs compétents, encouragent l'enseignement, à l'image de Philippe Auguste qui crée l'Université de Paris en 1200.

3) hérétiques et infidèles

L'encadrement des fidèles passe par l'élimination des hérésies et des hérétiques. Un hérétique est un chrétien qui s'est éloigné de la Bible et de son enseignement tels qu'ils sont transmis par l'Église de Rome.
Dans le même temps, le Saint Siège (la papauté) s'inquiète de la multiplication des attaques des Turcs musulmans contre les pèlerins qui se rendent à Jérusalem, sur le tombeau du Christ. La destruction de ce tombeau et, pire encore, la défaite écrasante des chrétiens byzantins face aux Turcs, amènent les chrétiens d'Occident à craindre pour leur propre sécurité. En 1095, le pape Urbain II saisit l'occasion d'un voyage à Clermont, en France, pour appeler les chevaliers et les souverains à secourir leurs coreligionnaires d'Orient (les Byzantins) et rétablir la sécurité des pèlerinages. Survenant dans une société jeune et vigoureuse, en pleine croissance démographique, cet appel va être entendu de plusieurs centaines de milliers de gens, chevaliers et pauvres hères. Dans les deux siècles qui suivront, plusieurs expéditions militaires, a posteriori appelées «croisades», se dirigeront vers Jérusalem mais aussi l'Égypte et même la Tunisie, mais sans réussir à repousser durablement les Turcs.



Le concile de Clermont

_________________
MORGANE
Revenir en haut Aller en bas
 
Le christianisme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» clonage et christianisme
» La pénétration du christianisme dans le monde celtique
» genèse du christianisme
» commentaires sur "Paul, le christianisme des origines..."
» Les origines du christianisme - un peu de lecture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Religion-
Sauter vers: