L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 Service hospitalier

Aller en bas 
AuteurMessage
emeric

avatar

Messages : 51
Eperons d'or : 146
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 16/01/2011
Age : 71
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Service hospitalier   02.07.13 23:21

Dans la période médiévale, le terme hôpital englobait les auberges pour les voyageurs, les dispensaires pour l’accueil des pauvres, les cliniques chirurgicales pour les blessés, et les maisons accueillant les aveugles, les boiteux, les personnes âgées et les malades mentaux. Les hôpitaux monastiques ont développé de nombreux modes de prise en charge, à la fois thérapeutiques et spirituels. Les patients étaient censés s’aider les uns les autres par la prière et le calme, bénéficiant peut-être davantage d’un réconfort que d’un traitement réel. Certains hôpitaux n’avaient pas plus de dix lits, mais d'autres étaient beaucoup plus importants. L’hôpital St Leonard d’York avait enregistré 225 malades et pauvres accueillis et nourris en 1287. Et à Florence en 1400, il y avait plus de trente hôpitaux dont l'un, l'hôpital de Santa Maria Nuova, disposait, vers 1500, d’une équipe de dix médecins, d’un pharmacien et de plusieurs autres professionnels, dont des femmes chirurgiens.

Le XIIe siècle a vu la création de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui associait de façon unique la vie monastique, militaire et médicale. L’ordre dirigeait des hôpitaux à Jérusalem et ailleurs dans les États latins d'Orient, et leur activité s'est finalement étendue à toute l'Europe.

James Joseph Walsh a écrit ce qui suit au sujet de la contribution de l’Église au système hospitalier :

   Au cours du treizième siècle un très grand nombre d'hôpitaux ont été construits. Les villes italiennes ont été à la pointe du mouvement. Milan n'avait pas moins d'une douzaine d'hôpitaux, et Florence avant la fin du quatorzième siècle disposait d’une trentaine d'hôpitaux. Certains d'entre eux étaient de très beaux bâtiments. À Milan, une partie de l'hôpital général a été conçue par Donato Bramante, et une autre partie de ce même établissement a été dessinée par Michel-Ange. L'hôpital de Sienne, construit en l'honneur de Sainte Catherine, est resté célèbre depuis sa construction. Ce mouvement hospitalier s’est propagé partout en Europe. Virchow, le grand pathologiste allemand, dans un article sur les hôpitaux, a montré que toute ville Allemande de plus de cinq mille habitants avait son hôpital. Il a attribué l'ensemble de ce mouvement hospitalier au Pape Innocent III, et bien qu'il n’ait pas été réputé pour être papiste, Virchow n'a pas hésité à tenir des propos très élogieux à l’égard de ce pape, pour tout ce qu'il avait accompli en faveur des enfants et pour soulager les souffrances de l'humanité .

Les hôpitaux ont commencé à apparaître en grand nombre en France et en Angleterre. Après la Conquête normande de l'Angleterre, l'expansion des idéaux français a conduit la plupart des monastères médiévaux à développer un hôpital ou un hospice pour les pèlerins. Cet hôpital s’est finalement transformé en ce que nous considérons maintenant comme un hôpital, avec des moines et des auxiliaires laïcs prodiguant des soins médicaux aux malades et aux pèlerins victimes des nombreuses épidémies et maladies chroniques qui ont frappé l'Europe occidentale au Moyen Âge. Benjamin Gordon soutient la théorie selon laquelle l'hôpital - comme nous le croyons - est une invention française, mais qu'il a été développé à l'origine pour isoler les lépreux et les victimes de la peste, et seulement plus tard a été modifié pour soigner les pèlerins.

Grâce à un rapport en bon état de conservation datant du XIIe siècle écrit par le moine Eadmer de la cathédrale de Cantorbéry, on dispose d’un excellent compte rendu des efforts de l'évêque Lanfranc pour établir et maintenir en état de fonctionnement certains de ces premiers hôpitaux :

   Mais je ne dois pas conclure mon travail en omettant ce qu'il a fait pour les pauvres en dehors des murs de la ville de Canterbury. En bref, il a construit une belle et grande maison de pierre… pour différents besoins et convenances. Il a divisé le bâtiment principal en deux, réservant une partie pour les hommes affligés de divers types de handicaps et l'autre pour les femmes en mauvais état de santé. Il a également pris des dispositions pour leur habillement et leur nourriture quotidienne, rémunérant des auxiliaires et des gardiens pour prendre les mesures nécessaires afin qu’ils ne manquent de rien.

_________________
Emeric
Revenir en haut Aller en bas
 
Service hospitalier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epreuve orale : mon tour arrive dès demain ...
» vaccin hepatite B
» Gestionnaire en milieu hospitalier
» HSA et complément de service...
» Service de la Garde Impériale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Médecine-
Sauter vers: