L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 L'équipement à cheval

Aller en bas 
AuteurMessage
isabeau

avatar

Messages : 23
Eperons d'or : 68
Courage et fidélité : 3
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : belgique

MessageSujet: L'équipement à cheval   11.06.13 21:31

Les armoiries sont des signes de reconnaissance, apparues dans le second quart du XIIème siècle. Elles seules permettent aux combattants, devenus méconnaissables sous le heaume, de s’identifier.

Le heaume est le casque, d’abord muni d’une simple protection nasale, de forme légèrement pointu, il évolue au XIIème siècle vers un modèle plus fermé,
ne laissant qu’une ou deux fentes pour la vue, reposant sur les épaules, et de forme plus arrondie, puis plus plate au sommet.
La barde est une armure complète qui protégeait le cheval de bataille. Elle est fortement articulée au niveau de l’encolure. Au tournoi, le cheval ne portait généralement que la partie qui protège la tête, le chanfrein. Le chanfrein protège la tête du cheval, avec une partie articulée qui se rabat sur la nuque. Très souvent, au centre du chanfrein se trouve une pointe d’une vingtaine de centimètre, telle une licorne.

Le haubert est la cote de maille, relativement souple, qui descend jusqu’aux genoux, fendue devant et derrière pour permettre de monter à cheval. Elle est formée de petits anneaux de fil de fer entrelacés, engagés les uns dans les autres puis rivés. On réalise aussi des moufles de maille, des chausses de maille et des coiffes de maille. Le haubert protège contre les coups d’épée ou les flèches, mais non contre l’arbalète ou la lance.
Le fléau est une arme d’un manche de bois muni d’une chaîne métallique à laquelle est accrochée une masse de fer. Le fléau était surtout employé en Allemagne et en Suisse à partir du XIIème siècle mais beaucoup moins en France. Cette arme était terriblement destructive pour les hauberts mais pouvait également blesser celui qui la maniait. Les fléaux des fantassins avaient un manche plus long afin de pouvoir atteindre les cavaliers. La masse suspendue à la chaîne était généralement sphérique et munie de pointes plus ou moins longues, mais elle pouvait aussi n’être qu’un lingot de fer rectangulaire.

Le bouclier ou écu est en bois puis en fer, de forme étroite et longue, pointue à la base, il est tenu au bras gauche ou suspendu au cou du chevalier pour chevaucher, il protège surtout son côté gauche. L’épée était faite au départ pour le combat à pied, pour littéralement fendre l’adversaire, pour cela elle était assez épaisse, mesurait un bon mètre et pesait 2 à 3 kg, avec une longue poignée pour la saisir à 2 mains.

La lance, tige de bois terminée par une pointe en fer, de 2.5 m de longueur, elle devait être assez solide pour ne pas éclater sous les chocs frontaux.
La lance était solidement coincée sous l’épaule droite Les éperons sont à molette, avec des pointes de 4 cm de longueur.

Au combat :

Si au début du Moyen-Age l’arme offensive était le glaive3, il fut remplacé par la lance, que l’on projetait de loin sur l’ennemi. Une véritable révolution apparue au XIème siècle, quand les chevaliers découvrirent qu’il valait mieux garder la lance en main, fermement calée sous l’aisselle, tout en fonçant sur l’ennemi pour percer son armure ou le désarçonner. Cette méthode de cavalerie lourde fut rendue possible par la généralisation des étriers (apparus au VIIIème siècle en Europe) et de la selle profonde et enveloppante, deux éléments qui rendent solitaire le cavalier et son cheval, et transforment ainsi la vitesse du cheval en puissance d’impact.
Lorsque l'ennemi était en vue, le chevalier descendait de son roncin qui l'avait transporté, puis enfourchait son destrier et prenait des mains de son écuyer le bouclier et la lance.

Il s'approchait alors au trot, puis arrivé à 30 mètres, il éperonnait son cheval et se lançait sur l'ennemi, la lance solidement coincée sous son aisselle droite, en l'abordant par la gauche. En fait, à cause du poids des armes et des armures du chevalier et du cheval, tout cela se passait lentement, comme dans un film au ralenti, bien loin des charges de cavaleries du XVIIIème siècle.

Entre chevaliers, on préférait désarçonner l'ennemi plutôt que de le tuer. On pouvait ainsi tirer une rançon pour la libération du chevalier. On récupérait aussi son cheval, car un bon destrier entraîné à la guerre valait fort cher. Au XIIème siècle, la guerre était permanente, les chevaliers passaient chaque été à combattre car la guerre était un jeu, le divertissement principal de la noblesse. Les chevaliers passaient aussi beaucoup de temps à cheval pour chasser dans les forêts, où l'homme ne sortait pas toujours vivant du combat avec le gros gibier.

Tactiques de la Cavalerie
La cavalerie était généralement divisée en trois groupes ou divisions qu'on envoyait à la bataille l'un après l'autre. La première vague devait enfoncer les rangs de l'ennemi ou le gêner assez pour que la seconde ou la troisième vague puisse y parvenir. Une fois l'ennemi mis en déroute, les captures et tueries pouvaient avoir lieu.
En réalité, les chevaliers suivaient leurs intérêts au détriment des plans, des stratèges. L'intérêt principal des chevaliers était l'honneur et la gloire, et ils usaient de manigances pour être au premier rang de la première division. La victoire finale n'était qu'au second plan, derrière la gloire personnelle. Quels que fussent les plans établis, les chevaliers chargeaient dès qu'ils apercevaient l'ennemi...

Les stratèges mettaient quelquefois leurs chevaliers à pied de façon à mieux pouvoir les contrôler. Ce choix était souvent adopté par les commandants de petites armées, qui n'avaient que peu d'espoir de remporter une victoire en chargeant. Les chevaliers à pied venaient en renforts des combattants tout en soutenant le moral des troupes de roturiers fantassins4. Les chevaliers et les autres soldats à pied combattaient derrière des rangées de pieux ou autres dispositifs conçus pour minimiser l'impact des charges de cavalerie.

La bataille de Crécy, en 1346 est un bon exemple de conduite indisciplinée de la part des chevaliers. L'armée française était environ quatre fois plus nombreuse que l'armée anglaise (40 000 hommes contre 10 000) et comprenait beaucoup plus de chevaliers montés. Les Anglais divisaient leurs troupes en trois groupes de grands archers protégés par des pieux enfoncés dans le sol. Entre les trois groupes, se trouvaient deux groupes de chevaliers à pied. Un troisième groupe de chevaliers à pied était gardé en réserve. Des arbalétriers5 mercenaires génois étaient envoyés par le roi de France pour attaquer l'armée anglaise à pied, pendant qu'il essayait de former trois divisions de chevaliers. Toutefois, les arbalètes étaient humides et totalement inefficaces. Les chevaliers français ne tenaient pas compte des tentatives d'organisation de leur roi : dès qu'ils voyaient l'ennemi, ils oubliaient toute discipline et se mettaient à crier « À mort ! À mort ! ». Le roi de France se montrait alors impatient avec les Génois et ordonnait à ses chevaliers de charger. Ceux-ci écrasaient les arbalétriers sur leur chemin. Même si la bataille durait toute la journée, les chevaliers anglais à pied et les grands archers (qui avaient conservé leurs arcs à l'abri) vainquaient les Français qui s'étaient battus en ordre dispersé.

À la fin du Moyen-Âge, le rôle de la cavalerie lourde était fortement réduit : du point de vue militaire, elle avait quasiment la même importance que les troupes de fantassins et de lanceurs. Les stratèges savaient qu'il était futile de charger des troupes d'infanterie bien implantées et disciplinées. Les règles avaient changé. Les pieux, les pièges à chevaux et les tranchées étaient couramment employés par les armées pour les protéger contre les charges de cavalerie. Les charges menées contre les rangs serrés des soldats armés de piques et les archers et/ou les tireurs se transformaient en boucherie où on avait peine à distinguer les cadavres des hommes de ceux des chevaux. Les chevaliers devaient alors combattre à pied ou attendre le moment opportun pour charger. Les charges dévastatrices restaient encore possibles, mais seulement lorsque l'ennemi était en fuite, désorganisé, ou qu'on avait réussi à le chasser de derrière ses défenses.













_________________
I love you isa I love you beau I love you
Revenir en haut Aller en bas
melusine
Admin
avatar

Messages : 99
Eperons d'or : 272
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 60
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Barde du cheval   26.07.13 23:06

Un exemple rare de barde complète destinée à la monture d'un chevalier du XVI°


La barde est l'ensemble des différentes pièces d'armure destinées à protéger un cheval sur un champ de bataille. Ce type de protection fut surtout développé à la fin du Moyen Âge pour protéger la cavalerie lourde des tirs ennemis pendant ses charges. À la fin du Moyen Âge, alors que l'armure des chevaliers était devenue très efficace, leurs montures constituaient leur point faible et devinrent les cibles des attaques ennemies. Cette tactique fut mise à profit par les archers anglais pendant la Bataille de Crécy au XIVe. Les montures des chevaliers français, enlisées dans la boue, furent abattues par des tirs d'archerie, forçant les chevaliers à démonter. La barde constitue une réponse à de tels évènements. Les exemples de bardes médiévales exposées de manière complète à notre époque sont rares, mais on peut en trouver dans la Wallace Collection de Londres et dans la Royal Armories de Leeds.


Détail des différentes pièces d'armure


Chanfrein



Détail d'un chanfrein, avec cette fameuse décoration formée d'une rondelle et d'une petite pointe
.


Le chanfrein est conçu pour protéger les parties fragiles de la tête du cheval, notamment ses yeux et, comme le nom l'indique, son chanfrein. Parfois, le chanfrein métallique inclut des charnières entre les plaques. Une décoration commune à de nombreux chanfreins est une rondelle ornée d'une petite pointe évoquant un peu une corne de licorne. Le chanfrein trouve son origine dans l'ancienne Grèce mais il disparut de l'usage militaire jusqu'au XIIe siècle, lorsque les plaques de métal remplacèrent le cuir bouilli pour la protection des chevaux de guerre. La conception de base du chanfrein est restée stable jusqu'à ce que l'artillerie du XVIIe siècle rende la barde complètement obsolète, bien que des exemples plus tardifs de chanfreins gravés de décorations soient remarquables. Le chanfrein couvrait la tête du cheval de l'oreille à ses naseaux. Un grillage couvrait souvent les yeux de l'animal mais certains chanfreins ne les protégeaient pas entièrement. Des extensions métalliques pouvaient aussi recouvrir les joues du cheval, elles étaient couramment utilisés lors des tournois de joutes équestres.


Barde d'encolure

On voit clairement la barde d'encolure (protection du cou), le plastron (protection de la poitrine) et la barde de croupe. Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche.


La barde d'encolure est un ensemble de plaques sectorielle qui protégeait le cou du cheval. Il se compose de deux ensembles de lamelles articulés et fixées les unes aux autres par des rivets. L'un de ces ensembles recouvre le haut de l'encolure du cheval (sa crinière) et l'autre le dessous3.


Barde de croupe


La barde de croupe protège l'arrière du cheval. Elle peut être fabriquée à partir d'une combinaison de cuir, de chaînes, ou de plaques.


Flançois


Le flançois, utilisé pour protéger le flanc, se fixe sur le côté de la selle, puis autour de l'avant ou de l'arrière du cheval et sur la selle à nouveau. Ils semblent avoir été constitués de plaques de métal ou de cuir riveté, et dans certains cas, de cuir bouilli. Ils avaient parfois des ouvertures conçues pour permettre au cavalier d'utiliser ses éperons.


Plastron


Le plastron est conçu pour protéger le poitrail du cheval tandis que la barde de croupe protège l'arrière. Il arrivait qu'il soit tendu depuis la selle.


Caparaçon





rene-d-anjou-livre-des-tournois-france-provence-xve-siecle-barthelemy-d-eyck.jpg


Les deux montures portent des caparaçons dans le livre des tournois, BNF








barda-de-carlos-v-f215-1.jpg

Détail sur la barde de croupe des montures de Carlos V, exposée au Palacio Real de Madrid





La barde a souvent été utilisée avec un tissu couvrant le cheval et connu sous le nom de caparaçon. Cet ensemble de tissus recouvrait parfois le cheval en entier, de la queue au poitrail. Il est difficile de savoir, à partir des illustrations d'époque, combien de protections en métal pouvaient être utilisées en conjonction.


Autres caractéristiques


Une autre caractéristique de la barde est la protection métallique fixée aux rênes, de sorte qu'elles ne puissent pas être coupées.

Revenir en haut Aller en bas
 
L'équipement à cheval
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Equipement pour cheveaux
» cheval albinos ou pas?
» Les Grenadiers à cheval de la Garde
» Quelle espèce de cheval?
» LES CHASSEURS A CHEVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Animaux-
Sauter vers: