L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 La bataille de Hattin

Aller en bas 
AuteurMessage
melusine
Admin
avatar

Messages : 99
Eperons d'or : 272
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 60
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: La bataille de Hattin   31.07.13 14:55



Au fil des années, les croisés venus d'Europe s'étaient assimilés à la population locale en épousant des filles arméniennes, grecques ou syriaques, et en donnant naissance à des enfants de culture mixte appelés «poulains».
Un flux permanent de pèlerins en armes, venus d'Occident par terre et par mer, les aidait à défendre leurs territoires contre les musulmans.
Mais les nouveaux arrivants, impatients d'en découdre avec les infidèles, ne cachaient pas leur mépris pour les croisés de Palestine et les «poulains». Ils ne comprenaient pas leurs rapports souvent cordiaux avec les voisins turcs ou arabes.
Il est vrai que les États francs de Palestine, coincés entre l'Égypte et la Syrie musulmanes, étaient obligés de ménager l'une et l'autre. En évitant les provocations inutiles et par un jeu subtil d'alliances, les rois qui se succédaient à Jérusalem faisaient en sorte d'empêcher leur union. Pourtant, cette union tant redoutée survient en 1174 sous l'égide d'un chef providentiel, le kurde Saladin (37 ans), en partie à cause de la mésentente entre les croisés.
La même année, le roi de Jérusalem Amaury 1er meurt et c'est son fils qui hérite du trône sous le nom de Baudouin IV. Il est beau, pieux et courageux. Mais il n'a que 13 ans et l'on va découvrir bientôt qu'il est atteint de la lèpre. Le jeune homme préserve le royaume avec courage et grandeur d'âme, se faisant porter au besoin sur le champ de bataille en litière. A plusieurs reprises, la vue de celle-ci suffit à mettre en déroute l'ennemi.
Le Roi lépreux entretient des rapports d'estime avec son ennemi Saladin qu'il combat par ailleurs avec énergie. En 1177, l'armée de Saladin assiège les croisés à Askalon, un port du sud de la Palestine, puis se dirige vers Jérusalem. Baudouin IV le prend de vitesse et lui inflige une lourde défaite en un lieu dit Montgiscard. Le sultan manque d'y laisser la vie...
Il prend une revanche deux ans plus tard, le 30 août 1179, en s'emparant de la forteresse du Gué de Jacob, sur le cours supérieur du Jourdain, occupée par une importante garnison de Templiers. Sept cents à huit cents hommes, soit la moitié de la garnison, est massacrée ; les autres sont capturés. 
Le roi de Jérusalem poursuit la sage politique de son père avec le concours de son conseiller, Raimon III de Tripoli, seigneur de Tibériade, descendant du comte Raimon IV de Toulouse qui commanda la première croisade aux côtés de Godefroi de Bouillon. En prévision de sa mort prochaine, on cherche à remarier sa soeur Sibylle. Cette jeune veuve est la mère d'un nourrisson appelé à succéder à Baudouin sur le trône.
Émancipée comme le sont les princesses et les reines de cette époque, à l'image d'Aliénor d'Aquitaine, Sibylle choisit sur un coup de tête d'épouser un cadet sans fortune fraîchement débarqué du Poitou. Il a nom Gui (ou Guy) de Lusignan et son seul atout est d'être le plus beau chevalier de son temps. Faible de caractère et lâche par ailleurs.
Quand le 16 mars 1185, le malheureux et digne Baudouin IV rend enfin son âme à Dieu, Raimon de Tripoli et les barons du royaume tentent d'empêcher Gui de Lusignan de prendre le pouvoir.
Mais ils sont bernés par ce dernier, qui s'empare de la régence au nom de Baudouin V, fils de Sibylle, avant de lui succéder sur le trône. Pour sa prise de pouvoir, Gui bénéficie de la complicité intéressée de trois brigands de haut vol :
– Héraclius, patriarche ou évêque de Jérusalem ; fornicateur, cupide, viveur et lâche, indigne représentant de l'Église,
– Gérard de Ridefort, grand-maître de l'Ordre du Temple, conspirateur qui poursuit d'une haine insatiable Raimon III de Tripoli et n'hésitera pas à trahir son camp pour lui nuire,
– Renaud de Châtillon, prince d'Antioche. Comme Lusignan, ce cadet doit sa bonne fortune à l'héritière de la principauté qui l'a épousé en raison de sa prestance et malgré les tares de son caractère.
Renaud de Châtillon est aussi seigneur d'outre-Jourdain et maître de la puissante forteresse de Kérak, à l'est du Jourdain. Ces possessions lui permettent de contrôler les communications entre l'Égypte et la Syrie musulmanes.
Avide de pillages, il dénonce régulièrement les trêves conclues entre Francs et Turcs pour lancer des razzias en terre musulmane. Il lance même une expédition maritime dans la mer Rouge en 1183, en vue de piller le sanctuaire de La Mecque ! Ses troupes sont défaites à deux jours seulement de leur objectif.
Revenir en haut Aller en bas
amyvette

avatar

Messages : 49
Eperons d'or : 121
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 82
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Re: La bataille de Hattin   31.07.13 15:16

Saladin tombe gravement malade deux ans plus tard en 1185. Jusque-là, il s'attachait à soumettre le monde musulman et se souciait peu des Francs et de Jérusalem. Il décide dès lors de relancer la djihad ou guerre sainte contre les infidèles, dont l'historien Jean-Michel Mouton rappelle qu'elle était, et depuis longtemps, tombée en désuétude .
Au printemps 1187, l'incurable Renaud de Châtillon attaque une nouvelle fois une caravane en violation de la trêve entre croisés et musulmans. Fait aggravant, la soeur de Saladin fait partie de la caravane en question. Le sultan demande réparation au roi de Jérusalem, Gui de Lusignan, lequel refuse. C'est la guerre générale.
Saladin se met en marche avec toute son armée en mai 1187. Une dernière tentative de conciliation menée par Raimon III de Tripoli échoue du fait des Templiers. 150 de ceux-ci, menés par Gérard de Ridefort, attaquent une colonne pacifique de quelques milliers de soldats musulmans. Tous les Templiers sont tués à l'exception de trois... dont, hélas, Ridefort.




Saladin met alors le siège devant la ville de Tibériade, sur les bords du lac du même nom.
Parmi les assiégés figurent la femme et les enfants de Raimon III de Tripoli. Ce dernier, par devoir, rejoint Lusignan et le supplie de ne pas tenter de sauver la ville. La route jusqu'à Tibériade est désertique, sans point d'eau, et l'armée des croisés serait anéantie avant d'atteindre le lac... Lusignan se rallie à son avis... l'espace de quelques heures. La nuit venue, Gérard de Ridefort convainc le roi de se mettre en route malgré tout. On sonne le rassemblement. Bien que conscients de la folie de cette marche, les croisés se résignent.
Après une journée de marche en plein soleil, l'armée fait halte sur la colline de Hattîn, au-dessus des rives rafraichissantes du lac, interdites d'accès par Saladin. Le lendemain matin, 3 juillet 1187, la colline se trouve encerclée par les musulmans.
C'est le massacre. Presque toute la chevalerie franque perd la vie. Raimon III parvient toutefois à s'enfuir avec quelques chevaliers.
Le sultan s'empare de la relique de la Vraie Croix, une relique découverte par sainte Hélène qui accompagnait les Francs sur tous les champs de bataille. De retour à Damas, deux jours plus tard, il livre 300 moines-soldats du Temple et de l'ordre des Hospitaliers à des religieux surexcités. Ces derniers exécutent les prisonniers de façon aussi sauvage que maladroite sous les yeux ravis de Saladin.
Le grand-maître Gérard de Ridefort est quant à lui conduit sous la tente du sultan avec deux autres prisonniers de marque, le roi lui-même et Renaud de Châtillon.
Saladin tend une coupe remplie de sorbet à la glace à Lusignan, signifiant par ce geste d'hospitalité qu'il ne saurait tuer un roi, aussi indigne qu'il soit. Lusignan tend la coupe à son voisin, Renaud de Châtillon. Colère de Saladin qui ne veut pas étendre le bénéfice de son hospitalité au brigand. Le sultan tire son épée et brise l'épaule du prince d'Antioche. Des soldats entraînent le prisonnier hors de la tente et le décapitent.
Là-dessus, le sultan gagne la côte avec son armée en vue de s'emparer des ports et de prévenir le débarquement d'une nouvelle croisade. Il échoue devant Tyr, sauvée par l'arrivée providentielle d'un croisé énergique, Conrad de Montferrat. Le 20 septembre 1187, enfin, l'armée musulmane se présente devant les murailles de la Ville sainte...

_________________
AMYVETTE
Revenir en haut Aller en bas
cocochanel



Messages : 13
Eperons d'or : 23
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 14/07/2013

MessageSujet: Re: La bataille de Hattin   31.07.13 15:18

Le siège de Jérusalem
La Ville sainte, à la surprise du sultan Saladin, s'est mise en état de défense grâce à un chevalier qui faisait partie des prisonniers d'Hattîn.Ce chevalier d'âge mûr est l'un des principaux barons palestiniens. Il s'appelle Balian d'Ibelin, du nom d'une localité du sud de la Palestine.
Balian est le type même du «courtois chevalier» si l'on en croit l'historien René Grousset. Il a épousé en secondes noces Marie Comnène, petite-nièce de l'empereur byzantin Manuel Comnène. C'est la deuxième épouse du roi de Jérusalem Amaury 1er et la belle-mère de Baudouin IV le Lépreux et Sibylle de Lusignan.
Comme beaucoup d'autres croisés de Palestine, Balian d'Ibelin nourrit des rapports courtois avec les musulmans, de sorte qu'il obtient de Saladin, après sa capture, le droit de rejoindre Jérusalem pour protéger sa femme.
En arrivant dans la Ville sainte, le baron est ému par la détresse de la population, grossie par les réfugiés des campagnes environnantes. Les malheureux craignent d'être massacrés ou au mieux réduits en esclavage par les vainqueurs de Hattîn. Il prend en main la défense de la ville. Comme il manque de chevaliers et de guerriers professionnels, il adoube collectivement tous les hommes en état de se battre, autrement dit leur confère la qualité de chevalier avec les obligations qui s'y rattachent !
Pour prendre la ville, Saladin va devoir mettre en branle une douzaine de machines de siège. Ses sapeurs arrivent à percer une brèche dans la muraille.
Le patriarche Héraclius, dont la lâcheté le dispute à la cupidité, dissuade les assiégés de tenter une sortie. Balian sollicite alors une entrevue avec Saladin. Ce dernier, irrité par la résistance des Francs, exige une reddition à merci et menace : «Je ne me conduirai pas envers vous autrement que vos pères envers les nôtres, qui ont tous été massacrés ou réduits en esclavage !»
A quoi Balian répond : «En ce cas, nous égorgerons nos fils et nos femmes, nous mettrons le feu à la ville, nous renverserons le Temple et tous ces sanctuaires qui sont aussi vos sanctuaires. Nous massacrerons les cinq mille captifs musulmans que nous détenons, puis nous sortirons en masse et aucun de nous ne succombera sans avoir abattu l'un des vôtres !» ( *).
Saladin, interloqué, accorde l'amân aux assiégés, autrement dit la vie sauve et la liberté, sous réserve de se racheter à raison de dix besants pour les hommes, cinq pour les femmes, un pour les enfants.
Balian d'Ibelin prend alors le sultan par les sentiments et lui demande de fixer aussi un prix forfaitaire pour les pauvres. Marché conclu à ce détail près que le grand-maître des Hospitaliers, sur qui l'on compte pour payer la rançon des pauvres, n'accepte de payer que 30.000 écus pour la libération de 7.000 personnes, en condamnant 11.000 à 16.000 autres à l'esclavage !
Les cohortes de réfugiés sont conduites sous la protection des soldats de Saladin vers les ports de Tyr et de Tripoli, encore aux mains des croisés. Le patriarche Héraclius eut soin d'emporter avec lui tous les objets précieux des églises.
Entré le 3 octobre dans la Ville sainte, Saladin fait aussitôt abattre la croix dorée érigée 88 ans plus tôt au sommet du dôme de la mosquée d'Omar. Puis il se rend sur la côte. Poussant l'ignominie à son comble, ses prisonniers Gui de Lusignan et Gérard de Ridefort ont le front d'exhorter les défenseurs des ports à se rendre.
Lusignan obtient bien plus tard le royaume de Chypre, enlevé aux Byzantins par Richard Coeur de Lion. Sa dynastie va régner sur l'île jusqu'en 1489. Ridefort reçoit quant à lui la récompense de ses forfaits. Il est torturé et exécuté dans sa cellule sur ordre de Saladin.
Ainsi prend fin la grande entreprise inaugurée par le pape Urbain II. Pendant un siècle encore, les chrétiens d'Occident vont tenter de reprendre Jérusalem mais sans vigueur ni succès.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bataille de Hattin   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bataille de Hattin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Grands événements-
Sauter vers: