L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 Le destrier

Aller en bas 
AuteurMessage
griot
Invité



MessageSujet: Le destrier   29.07.13 23:39

Le destrier est un cheval de guerre et de tournoi associé aux chevaliers du Moyen Âge en Europe occidentale. Entraîné à porter son cavalier en armure et ses équipements en situation de conflit, rompu à la charge au galop lors de jeux militaires (les joutes et la quintaine), il est le plus coûteux et le plus réputé des chevaux de l'époque. Son utilisation en tournoi remonte peut-être à la fin du XIe siècle. Au combat, il se généralise au milieu du XIIe siècle. Il joue un grand rôle sur les champs de bataille occidentaux jusqu'à l'arrivée de la poudre à canon à la fin du XIVe siècle, dont l'emploi met définitivement fin à la suprématie militaire de la chevalerie au début du XVIe siècle. La pratique des tournois continue jusqu'au début du XVIIe siècle, puis le dressage classique s'impose parmi la noblesse. Les destriers disparaissent des registres, remplacés par des chevaux baroques.

Une controverse existe au sujet de son modèle, certains historiens soutenant encore qu'il s'agissait d'un immense animal au physique de cheval de trait, mesurant jusqu'à 1,80 m au garrot. Les recherches récentes prouvent une taille plus modeste (1,50 m en moyenne) et un physique plus proche du cheval de selle robuste. Des essais de reconstitution sont mis en place depuis 1991, par croisement entre un cheval de selle athlétique et un cheval de trait léger.

Étymologie et terminologie

Le nom français « destrier » provient du mot « dextre », lui-même issu du latin dextra, qui signifie la « droite ». Attesté vers 1100, ce nom provient du fait que l’écuyer devait tenir et diriger son propre cheval ou une bête de somme de la main gauche tout en menant le destrier du chevalier de la main droite quand celui-ci ne le montait pas pour combattre. C’est une règle de la chevalerie évoquée, par exemple, chez Chrétien de Troyes. En Angleterre, le destrier est mentionné pour la première fois sous le nom de magnus equus en 1282.

Il existe d'autres termes pour désigner les chevaux de guerre médiévaux, une difficulté résidant dans l'utilisation de plusieurs mots pour désigner une fonction du cheval, ou inversement. Les noms « destrier » et « coursier » sont utilisés de façon interchangeable, parfois même au sein d'un unique document.

En français, le terme « mosodor », « misaudor » ou « misodour » (dérivé de « mille sous ») désigne le cheval de bataille dans des œuvres littéraires médiévales, par exemple dans certaines versions de la chanson des Quatre fils Aymon et du Roman d'Alexandre. Il s'agirait d'un destrier particulièrement précieux et onéreux. Le cheval militaire anglais est nommé d'après les sources d'époque le Great Horse, soit « grand cheval », en raison de sa taille et de sa réputation.

Histoire

Contrairement à une opinion populaire répandue, le destrier est rare. Il est aussi le plus cher et le plus valorisé des chevaux médiévaux connus, comme le prouvent les registres des péages.

Origine

Les origines du cheval de guerre médiéval sont obscures. Vraisemblablement porteur de sangs barbe et arabe par l'intermédiaire du Genet d'Espagne, animal précurseur du Frison et des Andalous, il a peut-être été influencé par des bêtes d'origine orientale (comme le turkoman d'Iran et d'Anatolie), ramenées des croisades9. Quelle que soit leur origine exacte, les chevaux espagnols sont réputés les plus efficaces et les plus coûteux. En Allemagne, le terme spanjol est utilisé pour décrire les qualités des chevaux de guerre ; toutefois, les sources littéraires en allemand pourraient également désigner des chevaux en provenance de Scandinavie.
Élevage

L'élevage trouve des implantations favorables sous l'impulsion des ordres monastiques, des aristocraties et des nobles. La France produit de bons chevaux de guerre, certains chercheurs attribuant ce succès à la société féodale et à l'influence historique des traditions romaines en matière d'élevage, préservées par les Mérovingiens. Les Carolingiens augmentent leurs effectifs en cavalerie lourde, ce qui aboutit à la saisie de terres (pour la production fourragère), et à un changement dans les tributs prélevés pour financer l’élevage des chevaux de guerre, destinés à être utilisés pour protéger les vassaux.

Utilisation

Le destrier est essentiellement utilisé pour la guerre, et durant des jeux martiaux montés comme la quintaine et la joute équestre dans le cadre des tournois de chevalerie. Il est davantage réputé et admiré pour ses capacités en joute que ses capacités à la guerre, les chevaux rapides de type coursier ayant la préférence15. Le destrier n'étant destiné qu'aux situations de combat, cette association est si forte qu'une loi de Frédéric Ier punit quiconque attaque un chevalier sur un palefroi pour violation de la paix, tandis que celui qui attaque un chevalier sur destrier n'est pas inquiété16. Selon la chanson de geste Le Couronnement de Louis, un bon chevalier de la fin du XIIe siècle se doit de posséder un piquet de plusieurs chevaux définis par leur usage : un destrier, un palefroi (cheval de parade et de promenade), un roncin (cheval à tout faire), une mule ou autre bête de somme. L'écuyer est généralement chargé de soigner et préparer le destrier, non le chevalier lui-même.
 Il permet au chevalier qui le monte de se déplacer plus rapidement et de frapper plus efficacement avec davantage d'élan, en dominant les hommes à pied pour une frappe de haut en bas, avec une efficacité accrue.
Revenir en haut Aller en bas
melusine
Admin
avatar

Messages : 99
Eperons d'or : 272
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 60
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Re: Le destrier   31.07.13 22:54

Une opinion populaire veut que le destrier possède un physique « plus proche de celui d'un cheval de trait que du fringant coursier ». L’une des raisons de la croyance répandue considérant que le cheval de guerre médiéval ne pouvait être qu’un énorme cheval de trait est l’hypothèse, encore soutenue par de nombreuses personnes, selon laquelle l’armure médiévale est extrêmement lourde. En réalité, même les plus lourdes armures de tournoi pour les chevaliers ne pèsent pas plus de 40 kg. Sur le terrain, l’armure de guerre pèse habituellement de 18 à 32 kg. La barde, armure du cheval dont l’utilisation est plus répandue dans les tournois que pour la guerre, dépasse rarement 32 kg. Pour protéger les chevaux, le cuir bouilli et rembourré semble être plus fréquemment employé et probablement aussi efficace.

En ajoutant le poids du cavalier et des autres équipements, et tenant compte du fait que les chevaux ne peuvent porter qu’environ 30 % de leur propre poids, ces charges peuvent certainement être portées par un cheval pesant de 550 à 600 kg. Une étude anglaise indique que le cheval de guerre avait la taille et la constitution d’un cheval de chasse ou d’équitation ordinaire, celle de la Fédération française médiévale publiée dans Cheval Savoir conclut que les destriers étaient des animaux solides et râblés, plus proches d'un actuel Pure race espagnole ou Lusitanien robuste que d'un Percheron ou autre cheval de trait

Races présumées
Le Spanish Norman , croisement de Percheron et d'Andalou issu d'une expérience américaine de reconstitution du destrier.

La question de la parenté supposée des races de chevaux actuelles avec les destriers médiévaux fait couler beaucoup d'encre. Les statues équestres réalisées en Italie à la fin du Moyen Âge occidental (correspondant à la Renaissance italienne) suggèrent que le destrier était un cheval ibérique ou un cheval baroque, comme le Pure race espagnole, le Frison, ou alors un demi-sang lourd comme le trait irlandais.


Jean Ier de Luxembourg sur son destrier



Un destrier (à droite, premier plan) dans les Grandes Chroniques de France par Jean Fouquet (Livre de Louis III et Carloman), Paris, BnF, fol. 154v.


Deux destriers (dont celui de Walther von Klingen (de)) représentés dans une enluminure du Codex Manesse, réalisé entre 1305 et 1315.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le destrier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fanny et son fidèle destrier "Orion"
» Cheval dans la mythologie nordique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Animaux-
Sauter vers: