L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 La chasse aux sorcières

Aller en bas 
AuteurMessage
lancelot

avatar

Messages : 46
Eperons d'or : 139
Courage et fidélité : 2
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 52
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: La chasse aux sorcières   07.06.13 22:47

Il y a des cas d'accusations de sorcellerie durant le Moyen Age. Ex. les Cathares dans le sud de la France, mais c'est surtout vers la fin du Moyen Age, durant la Réforme et la Renaissance que ces vagues ont lieu: entre 1480 et 1520 et surtout la deuxième vague entre 1580 et 1630.
Ces chasses se font parce que les gens se trouvent dans un monde sans sécurité, instable et pleine de famine, d'épidémies, de mort, de guerre et de
conflits religieux. On a l'impression qu'il s'agit de l'Apocalypse, la fin du monde et c'est la faute du Diable et des sorcières. Ils commencent à chercher des boucs-émissaires: quelqu'un à blâmer pour leurs problèmes, un sacrifice aux dieux pour se sentir mieux.

1337-1453 : la Guerre de Cent Ans a lieu entre l’Angleterre et la France : Jean d’Arc est accusée de sorcellerie après avoir sauvé Orléans des Anglais.

1347-1348 : La Peste tue 30-50% de la population des villes…elle revient tous les 10 ans pour ravager le pays, surtout en 1466 et 1482. Les gens vivent dans un monde où ils peuvent mourir très facilement.

1348 –1417
: le Grand Schisme de l’Occident : il y a plusieurs papes à la fois et même l'institution de l'Église n'est plus unifié.

1453
: Constantinople est prise par les Turcs. Les Turcs arrivent jusqu'à Vienne. Même le monde tel que connu sera renversé par les Musulmans.

1517 : la Réforme protestante : Martin Luther proposent des changements pour améliorer la corruption et les problèmes de l'Eglise Catholique et il
commence une révolution religieuse autour de l'Europe. Le protestantisme - une autre forme de christianisme - est né.

Dans les régions où le conflit entre Catholiques et Protestants est acharné, notamment en Allemagne où la Réforme est commencée par Martin Luther et la France où se trouve une grande population d’Huguenots (protestants français), les accusations de sorcellerie seront plus fréquentes.
la Contre-Reforme : l’église catholique se reforme pour faire face à la Réforme et garder ses fidèles

1562-1598: Guerres de religion:

1572 : massacre des Huguenots (protestants) en France, massacre de Saint Bartholomey en France

Problèmes économiques: Hausse des prix de la nourriture et de l’artisanat causée par la Peste

Problèmes climatiques: 1550 mini glaciation

Résultat : un monde instable qui manquait de sécurité et de paix. On allait constamment d’une série de catastrophes : guerre, peste, invasion, ébranlement spirituel (Réforme)….à une autre

Pourquoi est-ce que les femmes sont souvent la cible de ces chasses?

Quatre changements de mentalité ont lieu.

1. Le Diable - la cause de tous ces désastres aux 14e, 15e et 16e siècles, devient de plus en plus menaçant.

2. Le concept de sorcier, du Diable, devient plus réel. Il y a eu des femmes qui guérissaient les gens au Moyen Age, des sages-femmes et des gens racontaient des incantations (des restes des religions païennes) mais vers la fin du 14e siècle, on a commencé à voir ses personnes commes des consoeurs du Diable. Elles étaient souvent des femmes: vieilles, riches, sans familles….donc des cibles faciles des chasses qui pouvaient être blâmer. L'Église catholique identifie le problème des sorcières formellement vers la fin du Moyen Age: En 1484, le pape Innocent VIII publia une bulle célèbre, connue sous le nom de "Summis desirantes affectibus": "Récemment, en effet, il est parvenu à nos oreilles, non sans nous causer grande peine, que, en certaines régions de la Germanie supérieure tout comme dans les provinces, cités, territoires, districts et provinces de Mayence, Cologne, Trèves, Salzbourg et Brême, maintes personnes de l'un et l'autre sexe, oublieuses de leur propre salut, et déviant de la foi catholique, se sont livrées elles-mêmes aux démons incubes et succubes : par des incantations, des charmes, des conjurations, d'autres infamies superstitieuses et des excès magiques, elles font dépérir, s'étouffer et s'éteindreLes femmes seraient le sexe le plus faible…dont plus assujeties aux charmes du diable.

3. L’image de la femme change et peut être soit positive si associée à la Vierge Marie, ou négative et néfaste. Exemples. Femme, tu es la porte du Diable!" (Tertullien), ou encore "la beauté physique ne va pas au-delà de la peau. Si les hommes voyaient ce qui est sous la peau, la vue des femmes leur soulèverait le coeur. Quand nous ne pouvons toucher du bout du doigt un crachat ou de la crotte, comment pouvons-nous désirer embrasser un sac de fiente?" (Odon, abbé de Cluny au Xème siècle), ou enfin "la femme est un mâle déficient et doit rester sous tutelle" (Saint Thomas)....Ces trois citations n'étant qu'un modeste extrait d'un genre foisonnant.
Les vieilles femmes sont particulièrement visées parce qu'elle font peur et sont plus émancipées. Erasme, un des plus grands humanistes de la Renaissance décrit les vielles femmes ainsi: Erasme, dans "L'Éloge de la folie", décrit ainsi les vieilles femmes: "...toujours en chaleur, désirant un mâle, comme disent les Grecs, et séduisant un jeune Phaon qu'elles ont acheté très cher. Elles passent leur temps à se maquiller, à s'épiler les poils du pubis, à exhiber leurs mamelles mollasses et putrides, à essayer d'éveiller le désir défaillant de leur voix tremblotante et plaintive, à boire et à danser avec les jeunes filles et à gribouiller de petites lettres d'amour. Cela fait rire tout le monde. On les trouve complètement folles, et elles le sont."
Le personnage de la sorcière, vieille, laide, puante, ou bien diaboliquement belle, tentatrice et lubrique, apparaîtra à certains comme une évidence, tant le livre et l'art l'auront diffusé... Le stéréotype devient la réalité.

4. Les pressions de la Réforme et de la Contre-Reforme au 16e siècle créent les églises désireuses de contrôler les idées de ses fidèles. On voulait éradiquer toute trace de paganisme et autres "diableries". Ces notions sont formalisées par les tribunaux des sorcières (parfois organisé par les Inquisiteurs, parfois par la ville) On a commence à écrire des livres de démonologie dont notamment le Malleus Malleficarum: Le Marteau des Sorcières: écrit par deux Inquisiteurs. 1484 « Il y a comme un défaut dans la formation de la première femme, puisqu’elle a été faite d’une côte courbe, c’est à dire d’une côte de la poitrine, tordue et comme opposée à l’homme. Il en découle aussi de ce défaut que, comme un vivant imparfait, elle déçoit toujours ».

L’imprimerie aide à diffuser ses idées misogynes. La chasse augmente

Ce qui arrive aux victimes de la chasse

La torture, le banissement et l'exécution. La confiscation de leurs biens. Donc: il y avait une raison spirituelle pour les chasses, mais également économique: on profitait des biens des victimes. Dénoncés, sans aucun moyen de défense face à leurs juges, torturés, la majorité des accusés furent condamnés. Seuls cinq à dix pour cent d'entre eux furent relâchés. Cependant, cette relaxe n'empêchait pas la "mauvaise réputation" de les poursuivre... jusqu'à ce qu'ils soient de nouveau accusés...
Les peines physiques
Les condamnations furent différentes selon l'âge des accusés, et selon les pays. Si les enfants échappèrent la plupart du temps à la mort, ils furent fouettés, et dans le cas où ils étaient fils ou fille de condamnés... fouettés devant le bûcher de leurs parents.
Le bannissement
En Hongrie, en Espagne, en Écosse, à Genève et en Italie la peine la plus fréquente fut le bannissement. Dans les autres pays d'Europe, on bannissait lorsque l'on doutait... Lorsque, par exemple, l'accusé n'avait pas avoué malgré la torture.... Robert Muchembled, dans "La sorcière au village", raconte l'histoire de Marguerite Cartier. De mauvaise réputation, elle fut accusée par quatre femmes elles-mêmes condamnées pour sorcellerie. Alors, pour avoir la paix, pour être enfin "blanchie", elle alla au-devant des juges... Elle fut torturée. Elle résista. Les juges choisirent de la bannir pour vingt ans. Elle revint au bout de dix ans... Et fut condamnée à dix ans de bannissement supplémentaires. De toute façon, dans tous les cas, le bannissement dans la société de l'époque revenait à une mort sociale.
Ailleurs en Europe, les sorciers étaient condamnés à mort.
L'exécution.
Dans ce cas, l'exécution est plus qu'une simple exécution... C'est un spectacle, que l'on annonce en racontant le procès, en faisant la liste des supposés crimes de l'accusé... Un spectacle auquel on se presse.
C'est la mise à mort du bouc émissaire.
La foule, non contente d'y assister, y participe: on crie, on hurle, on insulte le condamné, on se réjouit de ses souffrances.
L' exécution n'a pas lieu dans un endroit reculé, mais au centre ville, sur la place du village... Il s'agit que tout le monde puisse y assister.
Souvent, les condamnés sont menés au supplice à moitié nus, sont en chemin battus encore, moqués, raillés... Ayant la plupart du temps été torturés, ils peuvent à peine se traîner jusqu'au lieu de leur supplice.
Dans certaines villes, certaines régions, l'Église leur refusa l'extrême onction.
La plupart du temps, épuisés de souffrances, sans le moindre espoir, les condamnés appelèrent la mort, pour qu'enfin cessent leurs tourments.
Souvent, on promettait à l'accusé, en échange d'aveux ou de dénonciations, que ses souffrances seraient abrégées, qu'il serait tué avant que les flammes du bûcher ne le dévore.
Cependant, il y eut des ratés...
Guy Bechtel raconte l'histoire de Clauda Jam-Guillaume: "Elle aussi aurait dû être étranglée, avant que les flammes ne l'atteignent. Elle dit au bourreau qu'elle n'a pas confiance en lui, qu'il va sûrement lui jouer un mauvais tour. Il n'y manque pas: il ne fait rien pour hâter sa fin, malgré sa promesse. Alors, avec la force que donne la chaleur du feu, Clauda parvient à rompre ou détacher ses liens, en tout cas se libère, et jaillit par trois fois du bûcher. "Le bourreau fut contraint de l'assommer", dit sobrement Boguet. L'exécuteur la remit dans les flammes sans qu'elle reprit connaissance."
Cependant, contrairement à ce que l'on croit généralement, la majorité des sorcières ne périrent pas par le feu.
Beaucoup furent pendues, d'autres étranglées avant que leur corps ne soit livré aux flammes.Si l'on ne brûlait pas les condamnés vifs, ce n'était pas pour des raisons humanitaires, mais parce que ce n'était pas pratique. Brûler un corps est difficile. C'est long, il faut beaucoup de bois. Or, ce sont les bourreaux qui doivent fournir le bois... Ca coûte cher... Et les bourreaux sont économes.
Mais il faut aussi que le public soit content, que le supplice soit bien visible, que le supplicié souffre suffisamment...
On va alors essayer d'inventer des moyens de mise à mort respectant les désirs du public et le porte-monnaie des bourreaux.
De nombreux pays firent preuve d'imagination dans le domaine.L'Espagne invente de placer les condamnés dans des moules de plâtre, et de les glisser tout vivants dans un four. Le degré de souffrance obtenu est satisfaisant, mais le public ne voit rien. Il est déçu.
La Suisse et les Flandres inventent le système des claies, ou à la rigueur des grandes échelles. On y attache les sorcières, et on les approche du brasier, terrorisées, lorsque celui-ci a bien pris. Ca plaît..

Ou alors, on étripe, on crucifie, on émascule, on enterre vif, on décapite...Puis, de toute façon, on brûle les restes. Il n'est pas question d'enterrer les suppliciés en terre chrétienne, il n'est pas question que subsiste un lieu de possible recueillement... Il faut que tout disparaisse, y compris parfois les possessions du condamné qui sont brûlées avec lui... La "purification" doit être totale. Les cendres des sorcières sont dispersées aux quatre vents la progéniture des femmes, les petits des animaux, les moissons de la terre, les raisins des vignes et les fruits des arbres.

_________________
Lancelot
Revenir en haut Aller en bas
melusine
Admin
avatar

Messages : 99
Eperons d'or : 272
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 60
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Re: La chasse aux sorcières   08.06.13 10:35

Pas très réjouissant tout ça mais merci pour cet article.
On n'a pas encore parlé des bonnes sorcières.Il n'en existait donc pas?
Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse aux sorcières
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Sorcellerie-
Sauter vers: