L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 Pélerinage à Saint Jacques de Compostelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
amyvette

avatar

Messages : 49
Eperons d'or : 121
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 81
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Pélerinage à Saint Jacques de Compostelle   18.07.13 23:23

Après l’invasion musulmane de 711, le Nord de l’Espagne est contrôlé par un gouverneur nommé Munuza. Ce gouverneur exige des anciens seigneurs wisigoths retirés sur les montagnes le paiement des impôts (« jarai » et « yizia ») pour qu’ils puissent rester sur ses territoires. Les seigneurs des Asturies, avec le noble Pelayo à leur tête, se révoltent et refusent de payer les tributs imposés. Munuza demande alors des renforts à Cordoue ; ceux-ci arrivent, et affrontent les insurgés chrétiens. Une grande bataille a lieu en l’an 722 à Covadonga, dans les Picos de Europa ; la victoire des seigneurs chrétiens est totale (même si elle fut glorifiée par les légendes postérieures incluant même la participation de la Vierge…). Ce triomphe est considéré comme le début de la « Reconquista ». Les musulmans ne s’attaqueront plus à ce territoire qui devient le petit royaume indépendant des Asturies qui cherchera à continuer son expansion pendant les siècles suivants.
Dans cette période initiale de la reconquête, l’un des plus importants rois du royaume Astur est Alphonse II, nommé « Le Chaste ». Son règne va durer près d’un demi siècle entre le 791 et 842 et il consolide la résistance au pouvoir de Al-Andalus. Il établit sa capitale à Oviedo où il bâtit des nombreuses églises et palais. C’est pendant son règne que va se produire la découverte du tombeau de l’apôtre Jacques le Majeur.
La découverte

La découverte du tombeau de Saint Jacques, tout comme de nombreux épisodes de la vie et de la mort de l’apôtre, appartiennent plus au domaine de la légende et de la tradition qu’à celui de l’histoire.
Vers l’an 813, un ermite nommé Pelay ou Paio, raconte à l’évêque Théodomire d'Iria Flavia (actuellement Padrón), avoir été guidé pendant la nuit par une étoile vers une montagne inhabitée où il a vu de mystérieuses lumières et pu entendre le chant des anges. Quelques paroissiens de la proche église de Solovio témoignent également avoir vu ces lumières.
Théodomire, croyant à un possible miracle, décide d’accompagner Pelay pour voir de ses propres yeux ces phénomènes extraordinaires. Après trois jours de jeûne, ils se rendent sur les lieux... Et là, ils trouvent un mausolée avec à l’intérieur un corps décapité tenant la tête sous son bras. L’évêque reconnaît en cette dépouille celle de Jacques et considère cette identification comme une révélation divine. Deux autres corps trouvés sur les lieux sont identifiés comme ceux de Athanase et Théodore, disciples de l’apôtre, ceux-la même qui auraient embarqué son corps vers la Galice après sa mort.

Théodomire communique la découverte miraculeuse à son roi Alphonse, qui visite les lieux à son tour et ordonne la construction d’une église autour de ce « compositum » (cimetière) « supra corpus apostoli », (sur le corps de l’apôtre), et octroie des dons et des privilèges à ce temple. Cette première chapelle –dont les fondations ont été retrouvées lors de fouilles- deviendra avec le temps la grande Cathédrale de Santiago de Compostela.
Le nom actuel du site, Compostelle, est discuté : pour certains il s’agit de « San Jacob de Compositum » ; pour d’autres cela vient du « campus stellae », champ de l’étoile, en référence aux mystérieuses lumières ayant guidé les découvreurs.
Théodomire va déplacer à cet endroit le siège épiscopal et va s’y faire enterrer lui-même (sa plaque funéraire a été trouvée par les archéologues).
L’empereur Charlemagne va avoir lui aussi connaissance des faits, et va très vite être tellement lié par la rumeur à ce site que certaines légendes épiques françaises vont lui attribuer directement la découverte ! Ceci donne une idée de l’importance de cet événement dans l’époque.
Les fouilles archéologiques ont mis en évidence la présence d’une ancienne nécropole dans un castrum, possiblement d’origine celtique, puis romain, et utilisée tout le long de l’histoire -jusqu’à cette découverte- par différents groupes humains et religions.
Sur la dépouille trouvée sur le site, aujourd’hui sous la cathédrale de Santiago, on n’a jamais effectué d’études anthropologiques sérieuses ; impossible de savoir qui il pourrait être en réalité. D’un point de vue scientifique et historique, il est fort improbable (pour ne pas dire impossible) qu’il s’agisse du corps de Jacques le Majeur. Même au sein de l’église actuelle, les deux derniers papes n’ont plus utilisé les mots « tombeau », ni « reliques » (en référence à cet enterrement) et ont préféré utiliser des expressions comme « mémorial de saint Jacques », et dire que la cathédrale de Compostelle « est liée à la mémoire de saint Jacques ».

_________________
AMYVETTE
Revenir en haut Aller en bas
 
Pélerinage à Saint Jacques de Compostelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Jacques le Majeur et commentaire du jour "Le martyre de saint Jacques, apôtre"
» Saint Jacques le Majeur Apôtre et commentaire du jour "Si vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos..."
» Identité des chevaliers de Saint-Jacques-Des-Guerets
» Sainte Catherine Labouré, Saint Jacques de la Marche, commentaire du jour "Restez éveillés et priez...: ainsi vous serez jugés dignes...."
» 25 Juillet : Saint Jacques le Majeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Religion :: Pélerinages-
Sauter vers: