L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 La danse macabre

Aller en bas 
AuteurMessage
tancrède



Messages : 22
Eperons d'or : 41
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 09/06/2013

MessageSujet: La danse macabre   14.07.13 16:40

La Danse macabre est un élément, le plus achevé, de l'art macabre du Moyen Âge, du XIVe au XVIe siècle. Par cette sarabande qui mêle morts et vivants, la Danse macabre souligne la vanité des distinctions sociales, dont se moquait le destin, fauchant le pape comme le pauvre prêtre, l'empereur comme le lansquenet. Tout au long du XVe siècle et au début du XVIe, ce thème est peint sur les murs des églises et dans les cimetières d'Europe du Nord. Il est diffusé à travers l'Europe par les textes poétiques colportés par les troupes de théâtre de rues. Cette forme d'expression est le résultat d'une prise de conscience et d'une réflexion sur la vie et la mort, dans une période où celle-ci est devenue plus présente et plus traumatisante. Les guerres — surtout la guerre de Cent Ans — les famines et la peste, que représentent souvent les trois cavaliers de l'Apocalypse, ont décimé les populations. La Danse macabre est une étape dans la représentation de la Mort. Ce thème apparaît après celui du Dit des trois morts et des trois vifs, du Triomphe de la Mort, de l'Ars moriendi, du Mors de la Pomme, des Vanités et des Memento mori.Mais alors que la leçon du Triomphe de la mort présente l'individu mourant, ayant le temps de faire un dernier examen de conscience, la Danse macabre entraîne celui-ci immédiatement vers la pourriture, en montrant une Mort insensible aux inégalités sociales.


XVe siècle


À l'origine, la Danse macabre constituait le sujet de représentations théâtrales populaires, les Mystères.Elle prenait donc la forme d'échanges verbaux — le plus souvent de quatre lignes — entre la Mort et 24 personnes rangées par ordre hiérarchique. Un rôle prépondérant y était vraisemblablement attribué aux sept frères macabres, à leur mère et à Eléasar. Une représentation eut d'ailleurs lieu à Paris dans le cloître des Innocents en leur mémoire. D'où le nom consacré en latin de chorea macabæorum (danse macabre). D'autres théories prétendent que le mot « macabre » vient de l'arabe makabir qui signifie "tombeaux" ou "cimetière", ou encore d'un peintre du nom de Macabré. La prédication des Ordres mendiants contribua à la diffusion dans la chrétienté de ce thème du destin inéluctable de l'homme et de l'égalité de tous devant la mort.L'une des plus anciennes figurations de Danse macabre connue apparaît à Paris, en 1424, sur les murs d'un des charniers du cimetière des Innocents. Cette peinture murale, aujourd'hui détruite, ne comportait que des hommes. Elle nous est parvenue à travers des gravures populaires que l'on retrouve dans le Manuscrit de Blois, au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France.


  • Vers 1426, le moine anglais John Lydgate traduisit le poème; la représentation du charnier des Saints Innocents fut copiée sur les murs d'un des cimetières de la cathédrale Saint Paul de Londres. Le thème de la Danse macabre se diffusa ainsi en Angleterre.

  • On retrouve en 1463, à l'église Sainte-Marie de Lübeck, une Danse macabre apparue lors du passage de la « mort noire » (la peste). Cette peinture murale de la chapelle de la mort fut en partie annotée par Bernt Notke. Les vers en allemand populaire ont partiellement été conservés jusqu'à aujourd'hui.


  • La danse macabre y est représentée sous sa forme la plus simple : vingt-quatre figures humaines, ecclésiastiques et laïques, dans l'ordre décroissant de pape, empereur, impératrice, cardinal, roi, jusqu'au paysan, jeune homme, jeune femme et enfant. Chaque personnage y danse toujours avec sa mort.Cette fresque fut détruite au cours de la Seconde Guerre mondiale pendant le bombardement de Lübeck. Deux vitraux réalisés par Alfred Mahlau en 1955-1956 rappellent aujourd'hui dans cette chapelle ce chef-d'œuvre disparu.



  • À partir du milieu du XVe siècle, de nouvelles fresques apparaissent. Elles sont exécutées dans les églises d'Amiens, d'Angers, de Dijon ou de Rouen, aussi bien sur le sol que sur les façades.

  • Dans l'Espagne médiévale, les Danzas de la Muerte sont représentatives de la crise des Espagnes au sortir du bas Moyen Âge. L'attrait culturel pour cette forme de danse macabre dans la péninsule ibérique sera reprise avec la devise Viva la Muerte du camp nationaliste lors de la guerre civile au XXe siècle.


  • A la dança mortal venid los nascidos
    que en el mundo soes de qualquier estado ;
    el que non quisiere a fuerça de amidos
    facerle e venir muy toste parado.
    Pues ya el freire vos ha pedricado
    que todos vayais fazer penitencia,
    el que non quisiere poner diligencia
    por mi non puede ser mas esperado.


    _________________
    TANCREDE
    Revenir en haut Aller en bas
    tancrède



    Messages : 22
    Eperons d'or : 41
    Courage et fidélité : 1
    Date d'inscription : 09/06/2013

    MessageSujet: Re: La danse macabre   20.07.13 13:58

    La danse macabre, ou danse de la Mort, origine probablement de la France; on considère la danse macabre du cimetière des Innocents de Paris, peinte en 1424, comme le point de départ de cette tradition. Aujourd'hui détruite, elle nous est parvenue par un livre de l'éditeur Guyot Marchand, publié en 1485. Ensuite vinrent, entre autres, les fresques de Londres (vers 1430), de Bâle (une première vers 1440 et une seconde vers 1480), de La Chaise-Dieu (vers 1460-70), de Lübeck (1463). Pendant la deuxième moitié du 15e siècle, les danses macabres jouirent d'une popularité sans cesse grandissante. Vous pouvez admirer présentement plusieurs danses macabres sur ce site.

    Généralement, les danses macabres sont peintes (ou plus rarement sculptées) sur les murs extérieurs des cloîtres, des charniers, des ossuaires ou à l'intérieur de certaines églises. Sur ces fresques, un cadavre décharné ou un squelette est couplé avec un représentant d'une certaine classe sociale. Le nombre des personnages et la composition de la danse dépendent du lieu de création. La danse macabre prend le plus souvent la forme d'une farandole. En-dessous ou au-dessus de l'illustration sont peints des vers par lesquels s'adresse la Mort à sa victime, souvent d'un ton menaçant et accusateur, parfois sarcastique et empreint de cynisme. Puis suit la supplique de l'Homme, plein de remords et de désespoir, mendiant la pitié. Mais la Mort entraîne tout le monde dans la danse: de l'ensemble de l'hiérarchie cléricale comme le pape, les cardinaux, évêques, abbés, chanoines, prêtres, en passant par les représentants du monde laïque, les empereurs, rois, ducs, comtes, chevaliers, médecins, marchands, usuriers, voleurs, paysans et jusqu'à l'enfant innocent. La Mort ne regarde ni le rang, ni les richesses, ni le sexe, ni l'âge de ceux qu'elle fait entrer dans sa danse. Elle est souvent représentée avec un instrument de musique. Cette caractéristique appartient au riche répertoire de la symbolique de la Mort et apparaît dès les débuts de la danse macabre. L'instrument évoque le côté séducteur, attirant, un peu diabolique du pouvoir d'enchantement de la musique. Pensons au chant des sirènes, au joueur de fifre de Hameln, etc. Comme eux, la Mort charme les Hommes avec sa musique.

    Avant la création de la danse macabre, il existait les Vado Mori (je me prépare a mourir): poème en latin d'origine française dont les plus anciens remontent au 13e siècle. Dans ces écrits, des représentants de classes sociales variées se plaignent, généralement en deux vers, du fait qu'ils vont mourir sous peu. Dans les plus vieux textes du genre, on retrouvait un prologue soulignant le caractère inévitable de la mort et, suivant ce prologue, les couplets de onze mourants (le roi, le pape, l'évêque, le chevalier, le physicien, le logicien, le jeune, le vieux, le riche, le pauvre et le fou). Dans les versions subséquentes, le prologue est aboli et il y a une augmentation significative du nombre de personnages. Les Vado Mori et les danses macabres partagent donc quelques points en commun: la complainte des mourants, une division des personnages en classes sociales et une séparation entre les laïcs et les clercs. Toutefois, la Mort est absente et personne ne réplique aux complaintes des mourants. On ne doit pas considérer les Vado Mori comme un ancêtre direct de la danse macabre, ni Le dit des trois vifs et des trois morts, ni les superstitions médiévales, et ni non plus les mystères, pièces de théâtre à sujet religieux jouées au Moyen-Âge. L'origine des danses macabres fait toujours l'objet de multiples théories. Une chose est sûre: le terme «danse macabre» était connu bien avant 1424 (c'est-à-dire avant la création de celle de Paris). Dans un poème de Jean Lefèvre, intitulé Le Respit de la mort, il est écrit:
    Je fis de Macabre la danse,
    Qui tout gent maine à sa trace
    E a la fosse les adresse.
    Encore une fois, de multiples interprétations sont possibles; mais il est raisonnable de penser que ce poète venait d'échapper à la mort. On croit que l'auteur aurait écrit ce poème au sortir d'une grave maladie.

    Au Moyen-Âge, la danse macabre était conçue comme un avertissement pour les puissants et une source de réconfort pour les pauvres, un appel à tous pour une vie responsable et pieuse. Mais son motif de base est plus simple, plus intemporel: celui du caractère éphémère de la vie. Elle rappelle aux Hommes qu'ils sont tous destinés à mourir, sans exception. Rien d'étonnant à ce que tous les siècles depuis le Moyen-Âge aient eu leurs danses macabres.

    Les danses macabres ne sont pas toujours associées à des fresques peintes ou encore des sculptures. Au 15e siècle les Espagnols ont composé des poèmes sur le thème de la danse macabre. Le plus célèbre est: La Dança generale de la Muerte, un huitain sous forme de dialogue entre la Mort et 33 personnages. La principale différence entre les danses macabres espagnoles et celles des autres pays est qu'il n'existe pas de représentations peintes de ces poèmes. Le poète Charles Baudelaire a aussi composé un poème intitulé "la danse macabre". Toutefois il est difficile de l'associer avec le thème véritable du genre, puisqu'il n'y a aucun dialogue entre la Mort et les vivants. Il s'agit davantage d'une description de l'entité qu'est la Mort. Le compositeur autrichien Frank Listz a aussi composé en 1849 une suite musicale intitulée "Totentanz". C'est une suite de variations libre sur le thème du Dias irae. En 1886, le pianiste et organiste français Camille Saint-Saëns a aussi composé un poème symphonique portant pour titre: la danse macabre.

    _________________
    TANCREDE
    Revenir en haut Aller en bas
     
    La danse macabre
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Point commun ?
    » idees cours new prog.
    » Danse - musique avec ou sans paroles ?
    » quelques idees danse :
    » Voici une petite fille qui chante, qui danse... jusqu'ici tout est normal, me direz-vous;

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    L' almanach de la mandragore :: Loisirs :: Danses-
    Sauter vers: