L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 La ferveur religieuse

Aller en bas 
AuteurMessage
amyvette

avatar

Messages : 49
Eperons d'or : 121
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 82
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: La ferveur religieuse   14.07.13 15:56

L’expansion du christianisme


A partir de l’an 100 de notre ère, les conversions au christianisme au cœur même de l’Empire romain alarmèrent les dirigeants impériaux. Sous le règne de Néron, la persécution et la persécution s’effectuait à une cadence vertigineuse. Le théologien Origène qui s’était castré pour ne pas succombait au péché de chair écrivait alors : « La foi en Jésus Christ s’assoit, se nourrit et s’étend sur des montagnes de martyrs ». La logique et la morale de la pensée gréco-latine ne pouvait comprendre la chrétienne. Alors que les Romains se livraient avec délice au paganisme, l’empereur Constantin Ier fut frappé par une vision, et se convertit subitement au christianisme. En fait ce césar se souciait moins de ses convictions que d’une opportunité diplomatique.


Le Bien contre le Mal

Dans ce bouillon de culture très particulier que fut le Moyen Âge, bourré de fantaisies démoniaques et de visions angéliques, deux acteurs tiennent un rôle de premier plan : Dieu et Satan. Deux antithèses mères de tous les excès entre ferveur et exaltation. Hors le Ciel ou l’Enfer, point d’alternative au genre humain en cette période sombre. Sauver son âme telle était l’objectif. Pourtant au début des invasions barbares, Dieu était craint, ses colères étaient redoutées, mais finalement en quittant l’époque mérovingienne, le Dieu exerçant les châtiments est progressivement devenu un Dieu bienfaiteur incarnant le Bien, et Satan est devenu la personnalisation du Mal.


Divers exemples de la ferveur religieuse


La croisade contre les albigeois

La ferveur religieuse fut le grand symptôme du Moyen Âge, à la chute de l’Empire romain, le christianisme apparaissait comme une religion jeune et vigoureuse. Un processus d’expansion soumis à des évolutions du point de vue dogmatique et spirituel, lui donnait un beau dynamisme. Cependant les hérésies et les schismes florissaient et se multipliaient. L’un des plus dangereux schismes était sans doute l’arianisme qui niait la divinité du Christ. L’une de ces hérésies fut celle des bogomiles de Bulgarie, et qui s’étendit jusqu’à l’Occident. Ce fut alors une grave crise religieuse en France qui vit s’affronter l’Église catholique aux Cathares et aux Albigeois. La croisade entreprise par la papauté contre l’hérésie cathare fut commandée par l’ambitieux Simon de Montfort. Les armées papistes ravagèrent l’Aquitaine, entraînant des milliers de victimes et détruisant la culture la plus raffinée de l’époque : la civilisation occitane issue du mythe de la chevalerie, de l’honneur chevaleresque et de l’amour-courtois, honorée par les troubadours.


Le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle


La tradition raconte qu’après avoir été décapité en Judée, les restes de Saint Jacques le Majeur, apôtre du Christ, auraient été amenés dans le plus grand secret sur la côte de Galilée. De là, on suppose qu’ils furent embarqués pour la Galice extrémité de la péninsule ibérique. Un culte primitif local entretint et perpétua la mémoire de cet événement, tenant secrète la sépulture jusqu’à sa découverte au IXe siècle. La nouvelle se répand alors dans le monde chrétien de l’Europe de manière vertigineuse enflammant les esprits, exaspérant la foi de tous. Un engouement pour ce nouveau culte apostolique va drainer des foules pèlerines en quête « d’extraordinaire ». Des hommes se mettent en route, à pied par les sentiers et les chemins peu sûrs, traversant rivières impraticables et denses forêts au mépris de tous les dangers. Les pèlerins d’Europe se retrouvent en France et traversent notamment le col de Ronceveaux (la Chanson de Roland). L’élan de la Reconquista espagnole donnera de l’ampleur au pèlerinage.


Les croisades


Bénie par le pape et conduite par les monarques des royaumes chrétiens, cette aventure devait représenter tout ce que l’esprit médiéval avait de bon en lui. Huit croisades au total, où s’impliquèrent tous les états (clergé, noblesse, bourgeoisie et universit&eacute, toutes castes confondues. Forgerons, tanneurs et artisans équipèrent les Croisés, les travailleurs de chantiers navals fournissaient les navires pour traverser la Méditerranée. Les femmes confectionnaient vêtements, couvertures, et brodaient avec ferveur les bannières, enseignes et fanions qui devaient arborer les champs de bataille, de nombreuses femmes de la Cour suivaient la reine qui accompagnait parfois son royal conjoint. Et la hiérarchie du clergé priait depuis les plus hautes cathédrales aux modestes chapelles. Les multiples campements devant les cités assiégées étaient en proie à une dévotion particulièrement atroce. Ainsi, après la mise à sac de la Palestine, Raoul de Caen, chroniqueur de la Première Croisade écrivait : « A Maarat, les nôtres firent cuire les païens adultes dans des marmites et embrochèrent les enfants pour les manger rôtis. » Certains prêtres musulmans qui savaient où se cacher la Sainte croix du Christ furent torturés, des Juifs étaient enfermés dans leur synagogue et y brûlèrent vifs. Ces entreprises démesurées étaient principalement menés par les Francs qui perdirent durant les Croisades plus d’hommes que tous les autres pays Chrétiens réunis.


_________________
AMYVETTE
Revenir en haut Aller en bas
 
La ferveur religieuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Religion-
Sauter vers: