L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 L'art de la table

Aller en bas 
AuteurMessage
melusine
Admin
avatar

Messages : 99
Eperons d'or : 272
Courage et fidélité : 1
Date d'inscription : 11/01/2011
Age : 60
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: L'art de la table   07.06.13 14:54

Où prenait-on les repas ?

Durant tout le Moyen Age, les repas se prenaient dans la pièce principale de la maison, entre le lit et la cheminée. Dans les châteaux, on utilisait la grande salle pour les jours de festin. Si le besoin d’une grande table ne se faisait pas sentir, on dînait généralement dans la chambre.
A l’époque, on mangeait souvent à l’extérieur, notamment à l’occasion d’une chasse, ou bien dans des auberges ou tavernes lors de déplacements. Les propriétaires de ces établissements offraient le gîte, mais le couvert était payant. Les clients s’asseyaient l’un à côté de l’autre de part et d’autre de la grande table.

Le mobilier

Au Moyen Age, les convives sont assis d’un seul coté de la table qui est mobile. Lorsque le repas est proche, on monte une planche étroite sur des tréteaux et la recouvre d’une nappe destinée à cacher le tout. C’est de là que vient l’expression « mettre la table ». Le coté de la table laissé libre est destiné au service. Aux XIVe et XVe siècles, le mobilier est constitué d’une table, toujours mobile, même si c’est au XVe siècle qu’apparaît la grande table fixe avec un plateau solidaire des pieds, ainsi que des dressoirs fixes et des sièges.
- le dressoir est un meuble fixe sur lequel on disposait les ustensiles destinés au repas, comme les aiguières, les gourdes, les hanaps. C’est donc un meuble de rangement et de présentation qui comporte des tablettes, portes et tiroirs réservés aux boissons et au lavement des mains (tablette supérieure). Il comporte cinq gradins pour le souverain, quatre pour le prince, trois pour le comte et deux pour le chevalier. Plus tard, au XVe siècle, il se voit muni de baldaquins, et il prend le nom de crédence au XVIe (sorte de buffet pour ranger la vaisselle ordinaire et exposer la vaisselle précieuse).
- les sièges se présentent sous forme de bancs à dossier. Ils se transforment peu à peu et on leur rajoute des baldaquins ou des podiums pour orner la pièce. Un peu plus tard, on utilise le banc tourné, banc muni d’un dossier que l’on peut mettre d’un côté ou de l’autre. Au XVIe siècle, la table est un meuble à part entière et les tréteaux ne sont prévus que pour les banquets ou les repas de cour dans une pièce d’apparat. Le souverain affirme son pouvoir royal et, à table, il est souvent assis seul sur une estrade recouverte d’un dais pour être ainsi mis en valeur devant ses sujets.

Vaisselle, couverts et verrerie

Durant la période du Moyen Age, et au cours de banquets et festins, un grand récipient faisant office de plat commun était disposé sur la table. On buvait dans des gobelets apodes et le vin était disposé dans des bouteilles en verre à panse globulaire ou à long col. Les convives mangeaient à l’aide de leur propre couteau (seuls ustensiles présents à la table médiévale) dont la lame était, soit courte et taillée au biseau, soit longue et pointue.
Objets très personnels, ils servaient à piquer la viande dans les plats. Les tranches de pain sont utilisées comme assiettes sur lesquelles on peut recueillir la sauce des mets. On les appelle des tranchoirs. Peu à peu, des coupes apparaissent au XIIe siècle, elles sont de tailles diverses en fonction de leur utilisation : les coupes à pied de petite taille sont réservées à la boisson, les grandes contiennent les aliments. La cuillère existe mais elle est assez rare. Quant à la fourchette, elle apparaît en 1328 dans un inventaire de Clémence de Hongrie, mais elle n’a que deux dents. Le musée national
du château de Pau en conserve deux de ce type. La fourchette est d’origine orientale et son centre de diffusion en Europe est Venise. Les mets sont toujours présentés dans une écuelle, les tranchoirs déjà évoqués sont remplacés par une plaque de métal ou de bois à partir du XVe siècle.
A l’époque, on buvait dans des coupes appelées hanaps (vase à boire à pied haut), dans des gobelets en métal, céramique, terre vernissée, grès ou verre. La verrerie atteint un rare degré de perfection au XIVe siècle. Pour verser les boissons, on utilisait des pots sans bec verseur ou des aiguières.

Les objets symboliques ou décoratifs.

Au Moyen Age, l’objet symbolique le plus représenté sur les tables princières est la nef. Située au centre de la table, la nef est un récipient, souvent en or et en forme de navire, destiné à contenir les ustensiles pour les repas : cuillères, couteaux, cure-dents, languiers (permettant de déceler le poison), tranchoirs, hanaps. Utilisée pour les souverains, elle était en général fermée à clef jusqu’au moment du repas afin de protéger son propriétaire contre les risques d’empoisonnement. Elle symbolise donc le pouvoir et la protection.

La salière.

C’est un objet important car elle mêle symbolisme religieux, protocole et ostentation. En effet, le sel représente l’alliance entre Dieu et les hommes. Il symbolise donc la présence divine. La salière à couvercle conique, souvent en orfèvrerie, ressemble à des pyxides. Contenant et contenu doivent être en harmonie, d’où la richesse des salières, en or émaillé constellé de pierreries et symboles religieux. La riche salière montre le prestige et
désigne la place d’honneur à table.

Aux XIVe et XVe siècles, on ne note pas de changement concernant ces objets symboliques. Les nappes françaises étaient relevées en draperie sur la partie antérieure du meuble. La nappe était en général blanche, faite de coton ou de lin. Parfois, elles étaient ornées de décors damassés en losange avec des bandes de couleurs sombres, tissées ou brodées. Les serviettes de table apparaissent mais on continue à utiliser surtout la nappe pour s’essuyer mains et bouche.
Revenir en haut Aller en bas
isabeau

avatar

Messages : 23
Eperons d'or : 68
Courage et fidélité : 3
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 21
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: L'art de la table   07.06.13 14:58

Très intéressant , Mélusine.
J'ajoute quelques détails et j'ouvre une galerie sur l'art de la table.
A+

_________________
I love you isa I love you beau I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de la table
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La table d'emeraude d'"Hermes trismégiste"
» table à langer
» Table de substitution des pierres
» La TABLE de PEUTINGER
» Je cherche une table pastorale de la bible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Gastronomie médiévale-
Sauter vers: