L' almanach de la mandragore

L' almanach de la mandragore


 
AccueilLes potins médiCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si vous désirez en savoir plus sur l'époque médiévale , consultez le site:
"Ombres et Lumières du Moyen Âge.Cliquez sur la bannière pour y parvenir.




Partagez | 
 

 Sacre et royauté

Aller en bas 
AuteurMessage
lancelot

avatar

Messages : 46
Eperons d'or : 139
Courage et fidélité : 2
Date d'inscription : 20/01/2011
Age : 53
Localisation : ,Belgique

MessageSujet: Sacre et royauté   07.07.13 14:09

Pépin le Bref est en France le premier souverain à recevoir l'onction du sacre. Après Hugues Capet, chaque roi aura à coeur de renouveler ce rituel en prélude à son avènement jusqu'à Charles X, sacré en 1825. Un seul fait exception à la règle : Louis XVIII, trop malade pour supporter une cérémonie éprouvante. Dénommée Joyeuse, cette épée a été associée au sacre des différents rois de France depuis le Moyen Âge. Elle est réputée avoir appartenu à Charlemagne (à tort, car elle est postérieure et fut réalisée en différentes étapes durant tout le Moyen Âge). Aujourd'hui, elle fait partie avec son fourreau du Trésor de l'abbaye de Saint-Denis.


Un rituel biblique repris par les rois germaniques



Au cours du sacre, le futur souverain reçoit sur le l'huile sainte qu'aurait reçue Clovis lors de son baptême à Reims par l'évêque Remi. La Sainte Ampoule qui contient l'huile aurait été transmise à Remi par un ange et son contenu se régénèrerait miraculeusement à chaque onction. Mais il ne s'agit là que d'une légende arrangée au IXe siècle, du temps des Carolingiens, par l'archevêque de Reims Hincmar. Le rituel du sacre a été inventé par les Carolingiens, issus de familles franques d'Austrasie (l'Est de la France actuelle) et plus proches des pratiques barbares que leurs prédécesseurs mérovingiens.


Il puise ses origines :
- dans une conception germanique qui fait du roi l'intercesseur entre le monde divin et le monde humain,
- mais aussi et surtout dans le modèle biblique, puisque c'est le prophète Samuel qui oint le Saül et en fait dans la Bible le premier roi d'Israël, à la demande du peuple (et contre la volonté de Dieu et de Samuel).


Ce rituel a été repris en Espagne wisigothique par le roi Wamba (672-680). Le roi et son clergé espéraient ainsi renforcer le prestige du monarque en l'associant à Dieu et limiter les régicides et dépositions, pratique courante dans le royaume. Cela n'empêchera pas Wamba d'être à son tour victime d'une conspiration et déposé.Après la conquête arabe, de nombreux Wisigoths émigrent dans le royaume franc et on suppose que c'est par leur intermédiaire que les Pippinides ou Carolingiens découvrent cette cérémonie. Pépin III le Bref, père du futur Charlemagne, est le premier souverain franc à être ainsi sacré en confirmation de son accession à la royauté. Comme c'est un usurpateur qui met fin à la dynastie mérovingienne, il a besoin d'un supplément d'autorité que le sacre lui apporte.



Les Capétiens adoptent le sacre à leur tour



Les Capétiens, successeurs du roi Hugues Capet, prolongent la tradition du sacre. Dans le souci d'enraciner leur légitimité au plus profond de l'Histoire, ils cultivent la confusion entre ce rituel et le baptême de Clovis. C'est ainsi qu'à partir d'une recommandation du pape Urbain II, en 1089, le sacre ne se déroule bientôt plus qu'à Reims, là où Clovis a été baptisé. Louis VI le Gros et Henri IV font exception. Le père du premier meurt avant qu'il ait eu le temps de faire désigner son fils comme son successeur par les pairs du royaume comme il en allait des premiers rois capétiens. Louis VI est en conséquence sacré à la hâte dans la ville la plus proche, Orléans, par l'évêque de Sens. Henri IV, quant à lui, se fait sacrer à Chartres faute de pouvoir se rendre à Reims, aux mains de ses ennemis.



Un cérémonial sacré



Chaque sacre donne lieu au déplacement de la cour, soit un total de quelques milliers de personnes qui s'installent à Reims. La ville s'honore d'un total de 33 sacres dont 25 dans la cathédrale actuelle, édifiée au XIIIe siècle. À son arrivée dans la ville, le roi fait serment de protéger l'Église, défendre la foi catholique, faire régner la paix et la justice, défendre le royaume et faire preuve de miséricorde. Le clergé et le peuple donnent leur assentiment aux cris de «Fiat, fiat !». Ensuite commence la cérémonie proprement dite : le roi change de vêtements et reçoit l'épée du sacre ; puis, l'archevêque l'oint avec le saint chrême.  Les Français soulignent à l'envi le caractère sacré de cette onction de l'huile sainte, héritée de Clovis. Ils se gaussent des Anglais dont le souverain est oint avec une très ordinaire «huile de mercier». Là-dessus, le grand chambrier remet au roi les vêtements et les objets sacrés qui témoignent de son rang : les regalia (sceptre...). Les douze principaux barons du royaume (les pairs) tiennent ensemble la couronne au-dessus de leur souverain, puis ils s'écartent à l'exception de l'archevêque-duc de Reims et celui-ci pose la couronne sur la tête. La cérémonie se conclut par une profession de foi, le baiser de paix et une messe au cours de laquelle le souverain acquiert le privilège réservé aux prêtres de communier sous les deux formes, par le pain et le vin ; les simples fidèles n'ayant que le droit de communier par le pain (l'hostie). Après le sacre, la tradition veut que le roi festoie dans l'archevêché, le palais du Tau, entouré des douze pairs (à l'imitation du Christ et des apôtres ou du roi Arthur et de ses chevaliers). Il s'agit de six ecclésiastiques et six laïcs (ducs de Normandie, Bourgogne et Aquitaine, comtes de Toulouse, Champagne et Flandre). Au fil des générations, le peuple et les nobles s'habituent à voir dans le sacre un rite qui place le roi au-dessus de ses sujets. Ce sentiment est assez fort pour dissuader tout attentat contre la personne du roi, du moins jusqu'aux guerres de religion. En pleine guerre de Cent Ans, quand deux rois, l'un anglais, l'autre capétien, se disputent la couronne de France, c'est le sacre de Reims qui les départage. Ce rituel ancestral rend à Charles VII sa légitimité, selon l'inspiration judicieuse de Jeanne d'Arc. Pourtant, en droit, le sacre ne fait pas le roi, mais aux yeux du peuple, il est une cérémonie indispensable.



La guérison des écrouelles


En France comme en Angleterre, on prête aussi au roi la faculté de «guérir les écrouelles» pour mieux démontrer sa place à part dans l'humanité. Selon l'historien Marc Bloch, cette tradition remonte à Robert II le Pieux (996-1031), fils de Hugues Capet, pour la France et à Henri 1er (1100-1135), fils de Guillaume le Conquérant, pour l'Angleterre. Le roi capétien procède au toucher des malades (parfois plusieurs centaines ou quelques milliers en une journée), après le sacre et à l'occasion de quelques grandes fêtes (Pâques, Pentecôte...). Les écrouelles, ou scrofules, sont une tuberculose ganglionaire qui se fistulise à la peau. Elles peuvent guérir spontanément jusqu'à la calcification du ganglion. Ainsi, après qu'un roi ait touché un malade et prononcé la formule : «Le roi te touche, Dieu te guérit» (sous-entendu «... te guérisse»), une guérison spontanée peut être interprétée comme liée au geste royal et son absence, comme le résultat de la volonté divine.



_________________
Lancelot
Revenir en haut Aller en bas
 
Sacre et royauté
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Royauté sacrée
» TV-Radio SACRE COEUR
» la royauté est toujours remise au dernier née dans la bible,l'avez vous remarquer
» Livre Sacre de l'empereur Napoléon Ier Paris 1804-Boulogne
» La Royauté sociale de NSJC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' almanach de la mandragore :: Royauté-
Sauter vers: